Le duel ESC/IAE – deux entités passées au crible

Guid'Formation | 13.09.2013 à 04h26 Mis à jour le 17.11.2015 à 15h41

Très prisés par les futurs contrôleurs de gestion, auditeurs, directeurs commerciaux ou autres DRH, les ESC et les IAE ont le vent en poupe. Ces deux entités qui se présentent sous une forme bien distincte sont  dans le fond des plus similaires. Alors, pourquoi porter son dévolu sur l’une plutôt que sur l’autre ? Pas de réponse manichéenne, mais un duel en bonne et due forme pour percer au grand jour les plus et les moins de chacune.

 

Une ESC, c’est quoi ?

Les Ecoles Supérieure de Commerce, très majoritairement privées, ont pour vocation de former leurs élèves aux différents métiers de la gestion. Si certaines recrutent exclusivement après une classe préparatoire ou un autre diplôme de 1er cycle (BTS, DUT, etc.), elles sont de plus en plus nombreuses à effectuer un recrutement post-Bac, proposant ainsi une « prépa intégrée ».

 

Un IAE, c’est quoi ?

Les Instituts d’Administration des Entreprises, publics pour leur part, car directement rattachés à une université, forment aussi aux métiers de la gestion. Ce type de structure propose de nombreuses formations, de la dernière année de licence au master. Certains tendent même de plus en plus à recruter en L1. On en compte actuellement 32 en France.

 

 

Round #1 – La sélection à l’entrée

Si la sélectivité des ESC n’est un secret pour personne, elle reste néanmoins plus ou moins rude en fonction de chaque établissement. Notez également que certaines écoles se sont regroupées pour constituer des banques communes d’épreuves, facilitant ainsi les démarches des étudiants. Par exemple, le concours Sésame regroupe 7 écoles, Accès en compte 3, Team en compte 12, etc.

Bien qu’appartenant à la sphère publique, les IAE sont eux aussi des établissements sélectifs. Le Score IAE-Message (SIM) propose 12 sessions annuelles. A l’issue de ces épreuves, l’étudiant peut postuler aux quelques 280 formations concernées par ce concours. Le score obtenu sera alors déterminant dans son affectation. Notez toutefois que certains établissements renforcent cette sélectivité en ajoutant une épreuve orale au processus, nombre de candidats oblige, ou exige un score minimum obtenu dans le cadre du TOEIC. En effet, 438 candidats ont souhaité intégrer le M2 Marketing Chef de Produit de l’IAE Gustave Eiffel à la rentrée 2012. Seuls 28 étudiants ont finalement été retenus.

Résultat : Match nul

 

 

Round #2 – La qualité des programmes

Identiques à ceux des ESC, les cours de base des IAE sont centrés autour de la comptabilité, de la finance, du marketing ou encore du droit commercial. Aussi, la thématique d’un master en IAE ne sera pas si éloigné d’une majeure dédiée à la finance, à la logistique ou au marketing au sein d’un Programme Grande Ecole d’école de commerce. Comparons par exemple les plaquettes de la licence DISTRISUP de l’IAE de Paris http://www.meilleures-licences.com/licence-negociation-vente-commerce/iae-de-paris-universite-paris-1-pantheon-sorbonne-licence-professionnelle-de-commerce-distrisup.html et du Programme Grande Ecole de l’INSEEC Business School http://www.meilleures-grandes-ecoles.com/classement-ecoles-de-commerce-post-prepa/inseec-paris-bordeaux-inseec-business-school.html . Force est de constater que les différences sont minimes.

Et l’anglais dans tout ça ? S’il est très clairement privilégié dans l’enseignement des cours en ESC, certains IAE ont à cœur de développer leurs cursus en ce sens, comme c’est le cas de l’IAE Aix, par exemple.

Côté spécialisations, elles sont très pointues dans les deux cas : il en va de l’image de marque de chaque entité. Les enseignements se veulent concrets et vivants : études de cas et travaux de groupes sont au programme.

Résultat : ESC +1, grâce à la place occupée par l’anglais

 

 

Round #3 – Les enseignants

En ESC comme en IAE, le nombre d’intervenants professionnels est considérable. Ces « enseignants » apportent leur expérience du terrain aux étudiants, délaissant ainsi le seul aspect théorique. Des enseignants permanents exercent également dans les deux entités, équilibrant ainsi cours académiques et cours pratiques. La différence ? Les enseignants des ESC ont souvent été cadres dans une entreprise avant de se retirer pour se consacrer pleinement à l’enseignement.

Résultat : Match nul

 

 

Round #4 – Le réseau

Longtemps, les ESC ont eu le monopole de partenariats de poids avec les entreprises. Si la grande majorité d’entre elles continuent sur cette voie (l’ISG et son MBA Spécialisé Marketing du Luxe, par exemple, http://www.meilleurs-masters.com/master-management-du-luxe/institut-superieur-de-gestion-isg-marketing-du-luxe.html ont pour partenaires des entreprises comme LVMH, Guerlain ou Fauchon), notez que toutes n’ont pas le même réseau ! Ainsi, renseignez-vous bien sur la question avant même de candidater.

Le réseau des IAE quant à lui se veut grandissant dans son ensemble. Par exemple, le Master 2 Innovation, Design et Luxe de l’IAE Gustave Eiffel  http://www.meilleurs-masters.com/master-management-du-luxe/universite-paris-est-marne-la-vallee-master-2-gestion-des-metiers-du-design-et-du-luxe.html a pour partenaires Nina Ricci, Marie-Claire, Dior, etc.

Mais au-delà du réseau d’entreprises, la question du réseau des anciens se pose. En effet, sur cette question, les ESC ont toutes ou presque mis en place un système permettant une entraide efficace entre les différentes promotions d’un même diplôme. Côté IAE, ce genre de pratiques se développe tout doucement, favorisée par la logique de réseau des établissements. Elles ne sont, toutefois, pas encore tout à fait à la hauteur de celles pratiquées par les écoles de commerce.

Résultat : les ESC remportent la manche.

 

 

Round #5 – La reconnaissance du diplôme

Les IAE, en tant que structures publiques, délivrent des diplômes d’État, justement intitulés « master » ou « licence ». Les ESC sont, rappelons-le, des structures privées : sauf autorisation expresse du ministère de l’Enseignement supérieur, elles ne peuvent délivrer le « Grade Master » équivalant Bac +5 dans le système européen LMD. Ainsi, fleurissent diverses appellations, souvent proches des consonances officielles mais dont la reconnaissance par l’Etat n’est pas acquise. Prenez le temps de vous renseigner sur la question avant tout : n’hésitez pas à interroger les écoles que vous visez, sur les différentes accréditations dont elles disposent, par exemple.

Côté finances, les ESC représentent un coût bien plus élevé qu’un IAE (comptez en moyenne 6 000 € pour une année en ESC, contre des frais universitaires ou légèrement plus en IAE). S’il est vrai que le retour sur investissement pour certaines ESC sera des plus probants, d’autres ne seront peut-être pas capables de tenir leurs promesses d’insertion professionnelle (réseaux faibles, accréditations inexistantes, diplômes non reconnus, etc.). Dans tous les cas, pour financer votre cursus de la manière la plus pratique possible, pensez à l’alternance : l’entreprise prendra en charge votre formation et vous percevrez une rémunération mensuelle.

Résultat : Avantage pour les IAE !

 

 

 

Les ESC remportent donc le duel de peu devant les IAE, détenant une renommée internationale (pour les plus grandes) qu’il sera compliqué d’égaler pour les formations universitaires. Les IAE bénéficient cependant une notoriété grandissante, prouvée à la fois par l’excellence de l’insertion professionnelle de leurs diplômés et de leur émergence dans les différents classements (exemple : www.meilleurs-masters.com). Attention toutefois, toutes les ESC ne se valent pas. Avant de faire votre choix final, prenez bien le temps de peser les pour et les contres à tête reposée !

 

Pour en savoir plus :

http://www.reseau-iae.org/

 

Sur les concours commun

http://www.Concours-sesame.net

http://www.Concours-acces.com

http://www.Concours-pass.com

http://www.Concours-team.net

http://www.Concours-atoutplus3.com

http://www.iae-message.fr/