Faire un BTS dans l’Informatique ou l’Électronique après un Bac S

Guid'Formation | 19.07.2016 à 09h35 Mis à jour le 19.07.2016 à 09h35
image

S’il y a bien deux domaines dans lesquels évoluera sans problème un bachelier scientifique, c’est bien l’informatique et l’électronique. En effet, ce sont deux secteurs qui sont composés essentiellement d’élèves provenant de la filière « S ».

Si seulement 6% des élèves de S débutent leurs études supérieures par un BTS, ces derniers leur sont tous (ou presque) accessibles ! L’informatique et l’électronique n’échappent pas à cette règle. En plus de proposer des enseignements de qualité, ces formations offrent de belles perspectives d’emplois pour les futurs diplômés.

Tour d’horizon de ce qui pourrait intéresser un jeune bachelier scientifique en quête d’un BTS.

Le BTS ATI : Assistance Technique d’Ingénieur

Si le souhait de l’étudiant est d’allier des compétences techniques, organisationnelles et de communication, cette formation répondra en tout point à ses attentes. L’objectif est donc de permettre la liaison technique au sein de l’entreprise entre tous les acteurs d’un projet industriel.

Un emploi du temps plutôt dense sera proposé aux élèves durant les deux années du cursus. Le temps de cours ? 34h par semaine. Un gros bloc sera composé de matières spécifiques à ce cursus (construction mécanique, construction électrique…). Ajoutons à cela des matières scientifiques (mathématiques, physique appliquée, informatique industrielle) et des matières dites « générales » (français, économie, outils de communication, langues étrangères) et l’on obtient une formation complète et plutôt chargée.

Il convient d’être régulier et rigoureux tout au long du cursus car pas moins de 11 épreuves (+ 1 facultatives) attendent les étudiants à la fin de la deuxième année. Écrit, oral ou pratique, il faudra faire appel à l’ensemble de ses compétences pour obtenir le précieux sésame.

Une fois le diplôme en poche, plusieurs choix :
  • Certaines licences professionnelles pour obtenir, en un an, une compétence spécifique ;
  • Tenter sa chance en écoles d’ingénieurs via les admissions parallèles ;
  • Intégrer le marché du travail et occuper des postes comme : assistant ingénieur, cadre technique d’études, technicien en bureau d’études…

Le BTS Domotique

Désireux de tout savoir sur les systèmes automatisés ? En voilà une formation qui devrait combler vos souhaits. En effet, la domotique est l’étude des techniques visant à automatiser l’ensemble des systèmes qui compose un habitat : internet, porte, éclairage, chauffage, climatisation. Tout cela avec une préoccupation majeure : la sécurité des utilisateurs.
 
Mais on étudie quoi exactement en BTS Domotique ? Peu de matières (7 au total) mais avec de gros blocs pour chacune d’entre elles. Un étudiant étudiera « l’étude et la conception des systèmes » pendant 7h chaque semaine. La mise en œuvre de ces systèmes sera enseignée pendant 8 heures hebdomadaires.

Tout cela servira au futur diplômé qui sera capable de proposer des solutions adaptés pour ses clients en termes de sécurité ou d’économie d’énergie par exemple. Qui appellera-t-on pour contrôler et vérifier la qualité des installations par exemple ? Vous. Pour conseiller et expliquer l’utilisation des systèmes aux clients ? Encore vous. Il est donc important de concilier des compétences techniques avec des compétences relationnelles.

Cette formation vise à intégrer les diplômés directement sur le marché du travail. Domoticien, installateur d’alarme, technicien en domotique, technico-commercial en domotique, autant de métiers accessibles avec ce BTS.
 
Le BTS Électrotechnique

Et voilà encore une formation pour nos bacheliers scientifiques. Si le cursus « S » est plus ou moins adapté selon certains aspects, la passion pour le domaine de l’électrotechnique reste une nécessité pour intégrer ce brevet de technicien supérieur (BTS).

Le principal objectif de ce programme est de délivrer le maximum de connaissances possibles dans le domaine des équipements électriques. L’étude, l’installation, l’utilisation et l’entretien de ces équipements constituera le cœur de votre futur métier.

Sur le même système que son cousin domoticien, le BTS « Électrotech » est composé de peu de matières mais qui prennent une grosse place sur l’emploi du temps. Neuf heures de « sciences appliquées à l’électronique et 8h de « Génie Électrique » et vous avez déjà plus de la moitié du temps de cours hebdomadaire. Ajouter le français, l’anglais, les mathématiques, les essais de systèmes et la construction des structures et vous obtenez un emploi du temps de 33 heures par semaines.

Deux ans d’études et forcément une question qui trotte dans toutes les têtes : et après ? Poursuivre, arrêter ? Chercher du travail ou bien chercher une formation ? Les deux choix sont possibles.

Pour continuer ses études, on peut passer par une licence pro par exemple. C’est le moyen idéal de se spécialiser rapidement (1 an) et de se préparer à la réalité du monde professionnelle. Les meilleurs pourront tenter l’entrée en écoles d’ingénieurs via les admissions parallèles.

L’insertion professionnelle étant plutôt bonne après ce BTS, notre bachelier scientifique pourra chercher du travail et bénéficiera des qualifications nécessaires pour être électromécanicien, électrotechnicien, responsable de SAV, agent de maitrise maintenance….
 
Le BTS SIO : Services Informatiques aux Organisations

Promotion composée à 15% de bacheliers scientifiques, elle convient parfaitement aux personnes férues d’informatique et qui veulent faire de leur passion un métier.

Ils apprendront les différents aspects des systèmes informatiques et leur fonctionnement. Ils seront responsables de la mise en place de ces systèmes dans tous types de structures.

Ce cursus possède la particularité qu’il est composé deux spécialités qui préparent chacune à deux métiers bien distincts :
  • Solutions d’infrastructures, systèmes et réseaux (SLAM) ;
  • Solutions logicielles et applications métiers (SISR).

L’élève ayant choisi la spécialité SLAM va se concentrer sur un service clientèle qui se base sur le développement et la mise en place de logiciels spécifiques comme un logiciel de CRM (relation clientèle) par exemple ou bien un logiciel de réservation pour une chaine hôtelières. Il s’occupe de toutes les étapes de la définition du projet et des besoins du client jusqu’à la réalisation et la mise en place directement chez le client.

Pour ceux ayant suivi la spécialisation SISR, leur travail sera de gérer l’intégralité des systèmes et des réseaux au sein d’une structure. Les responsables de tout ce qui touche aux équipements informatiques, serveurs et réseaux, ce sont eux. Le diplômé doit être capable d’anticiper les besoins d’une structure en termes d’informatique, d’identifier les problèmes et, le cas échéant, proposer des solutions pour y remédier.

Ce n’est pas une surprise de voir que les postes dans l’informatique sont de plus en plus nombreux, on assiste même à une explosion dans ce secteur ! Le titulaire du BTS SIO sera apte à travailler dans le service informatique d’une entreprise, dans un bureau d’étude, chez un éditeur de logiciels etc. Selon sa spécialité il exercera des postes comme « Administrateur systèmes et réseaux » (spé SISR) ou bien « Développeur d’applications informatiques » (spé SLAM).

Mais pour accéder à des postes à plus haute responsabilité, il est possible de continuer ses études pour obtenir un bagage de compétences plus important. La licence en informatique peut-être une solution, tout comme de multiples licence pros. Ou bien encore l’admission parallèle en écoles d’ingénieurs pour les élèves les plus rigoureux et les plus motivés.