Quel BTS dans le Paramédical après son Bac S ?

Guid'Formation | 06.07.2016 à 17h09 Mis à jour le 06.07.2016 à 17h09
image

Halte aux idées reçues : les BTS sont également faits pour les bacheliers scientifiques. Plus de 95% des BTS sont accessibles aux étudiants provenant d’un Bac S.

Et notamment dans un domaine en particulier : celui du paramédical. Filière très appréciée des scientifiques, elle compte des formations en deux (voire trois) ans à destinations des élèves de « S ».

Visant à préparer à la vie professionnelle ou à la poursuite d’études, les 4 formations suivantes donnent une spécialisation dans un domaine bien précis. Certains établissements proposent même de les suivre en alternance. Explications.

4 cursus aux parcours bien différents

Chaque parcours est différent mais ils requièrent tous le même degré de rigueur et de travail nécessaire pour s’adapter à un emploi du temps composé de plus de 30h de cours hebdomadaire.

Le BTS Diététique

Les bacheliers scientifiques partent avec une longueur d’avance dans ce cursus, et notamment ceux ayant suivi la spécialité SVT lors de leur année de terminale. Le but étant de former les étudiants à être des professionnels de la nutrition et du domaine de la santé.

Si ce programme peut parfois nous paraitre flou, ses enseignements sont en adéquation totale avec les objectifs de la formation. Les élèves seront confrontés à un gros bloc de « Biochimie et Biologie », « Nutrition et alimentation », « Bases de la diététique » ou encore des cours sur les « Régimes ».

Petite particularité de cette formation, 20 semaines de stages sont au programme afin de joindre le côté pratique à l’aspect théorique de la formation.

Après 2 années de cours, le diplômé sera capable de réaliser un bilan alimentaire complet pour ensuite proposer un régime nutritionnel le plus adapté à chaque profil. Ses missions pourront consister également en la réalisation d’enquêtes de consommation et à l’élaboration de nouveaux produits.

Après cette formation, deux choix s’imposent à notre tout frais diplômé de BTS :
  • S’insérer dans la vie active : et exercer le métier de diététicien à son propre compte ou dans des structures (hôpitaux, cliniques, restauration collective, maisons de retraite, laboratoires pharmaceutiques…)
  • Continuer sur une formation post-BTS : préparation d’une licence pro (sécurité et prévention du risque alimentaire par exemple), intégrer un cursus universitaire ou bien tenter une prépa ATS ou une école d’ingénieurs.

Le BTS OL – Opticien Lunetier

Il s’agit de la formation indispensable pour tout scientifique qui voudrait, à terme, devenir opticien-lunetier. Un opticien-lunetier est capable de diagnostiquer des éventuels problèmes de vue et de pouvoir soigner les patients. Il peut exercer son activité à son compte, au sein d’un département recherche d’une grande entreprise ou bien plus généralement chez un opticien.

Un professionnel est capable d’accompagner son patient de l’identification d’un problème de vue jusqu’à sa solution en passant par la phase de conseil, le choix des montures etc.

Les deux ans de formation combineront des enseignements théoriques (étude du système optique, analyse de la vision, physique…) à différents travaux manuels qui constituent le cœur du métier d’opticien-lunetier. Ces travaux seront transposés dans le monde réel lors d’un stage long (environ 6 mois) qui clôture la première année. Des enseignements dits « classiques » font également partie de l’emploi du temps afin de donner un bagage plus important à l’élève (français, langues, communication, gestion, mathématiques…).

Une combinaison de contrôle continu et d’une session d’épreuves finales ponctura la deuxième année. Oral + écrit, ce n’est pas moins de 12 épreuves qui attendent les élèves avec des coefficients allant de 2 pour le Français à 6 pour l’analyse de la vision.

Si certains BTS encouragent à la poursuite d’études, ce n’est pas le cas de ce BTS OL qui suffit pour exercer sa propre activité. Les diplômés sont opérationnels dès la fin de cursus. Cependant, si certains souhaitent poursuivre leurs études, c’est possible. Il existe des formations en un après le BTS qui donnent la possibilité d’acquérir des compétences spécifiques. À noter également que certaines écoles d’ingénieurs et de commerce recrutent des profils bien particuliers avec une sélection se faisant sur dossier.

Le BTS Podo-orthésiste

Ils sont rares mais ils existent, les BTS qui se préparent en 3 ans, contrairement aux deux années habituelles. Et le BTS Podo-orthésiste en fait partie.

À travers ce nom, se cache un cursus qui forme les spécialistes de l’appareillage du pied. Ces derniers seront en charge de la réalisation des prothèses, des chaussures et des semelles orthopédiques. Ils travaillent le plus souvent dans des entreprises de fabrication d’appareillages, des centres hospitaliers ou bien des cliniques privées.

L’une des spécificités de ce métier se trouve dans le fait qu’il faut constamment allier l’esthétique du produit proposé au confort et à sa capacité à résoudre le problème du patient.

Côté cours, une seule matière occupe un peu moins de la moitié du temps de travail hebdomadaire. En effet, les travaux pratiques occupent 15h de cours sur les 35 présentes sur l’emploi du temps. Le reste du temps sera répartie entre des matières propres au domaine (connaissances médicales, technologie de construction des chaussures, dessin technique…) et des enseignements plus généraux (français, mathématiques, langues...).

Des stages sont également prévus tout au long des trois années de formation afin d’immiscer l’élève dans le monde professionnel. Que ce soit dans une entreprise ou dans un centre médical, ces stages sont l’occasion de découvrir tous les endroits dans lequel le futur podo-orthésiste pourra évoluer.

Une fois le diplôme en poche, l’insertion sur le marché du travail est systématique. En effet, il n’existe pas de formations complémentaires à celle-ci. Le diplômé est alors tout à fait apte à travailler et à diriger, à plus long terme, un service spécialisé.

Le BTS Prothésiste-orthésiste

Tout comme son cousin du dessus, le BTS Prothésiste-orthésiste s’effectue sur trois ans. Il a pour but de former les spécialistes à la conception et la fabrication de l’ensemble des appareillages médicaux.

Un bagage de connaissances médicales sera apporté durant cette formation. Les bacheliers scientifiques seront donc à l’aise du fait des acquis de leurs années lycéennes. Ces connaissance seront abordés à la fois du côté théorique mais également d’un point de vue pratique. C’est la particularité de ce cursus qui allie théorie et pratique pour une professionnalisation plus rapide et plus efficace de l’étudiant.

Cette formation contribuera à l’émergence d’un véritable professionnel du secteur qui sera capable d’examiner un patient, de délivrer une ordonnance, de procéder au prototype de moulage et de gérer toutes les étapes de fabrication de l’appareillage orthopédique. Le prothésiste-orthésiste est donc capable de s’occuper de son patient de A à Z.

L’examen final, composé à la fois d’épreuves écrites, orales et pratiques ponctue ces trois années et offre un réel passeport vers l’emploi une fois l’étudiant diplômé. En effet, il n’existe pas de formations complémentaires à ce BTS et l’entrée sur le marché du travail se fait naturellement.

Il convient donc de se préparer de la meilleure manière possible pour affronter l’épreuve des « Travaux Pratiques » qui dure 16h pour un coefficient de 8 ! Attention également à ne pas négliger les épreuves de «  Connaissances médicales appliquées » ou bien de « Technologie » qui mêlent oral, écrit et pratique pour un coefficient de 7 pour chacune des deux épreuves.