Les études en alternance

Guid'Formation | 06.01.2014 à 11h32 Mis à jour le 20.11.2014 à 17h10
image

Lorsqu’un jeune diplômé se lance dans la recherche de son premier emploi, il se heurte très souvent à la même difficulté : son manque d’expérience lui est reproché. En effet, les employeurs souhaitent recruter des jeunes ayant à la fois un niveau d’études élevé et de l’expérience professionnelle. Une aberration ? A première vue seulement, car les deux sont loin d’être incompatibles, si l’on considère la formule de l’alternance. De plus en plus prisé par les étudiants et les entreprises, ce mode de fonctionnement n’a plus à faire ses preuves. Chaque année, plus de 600 000 jeunes signent un contrat de travail et suivent une formation en parallèle. Mais comment cela fonctionne exactement ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Qui peut y prétendre ? Un tour d’horizon des méandres de l’alternance.

L’alternance, d’accord, mais sous quel type de contrat ?

Qui dit « alternance » dit « contrat de travail », et même si seuls trois choix s’offrent aux étudiants, il n’est pas toujours simple de comprendre les spécificités de chacun. Petite explication…

Le contrat d’apprentissage

Ce contrat de travail à durée déterminée (de 1 à 3 ans) s’adresse aux jeunes entre 16 et 25 ans préparant un diplôme technologique ou industriel. Signé par l’étudiant majeur (ou par son représentant légal), l’entreprise et le centre de formation, ce contrat mentionne le rythme d’alternance (en moyenne 2 à 3 semaines par mois passées en entreprise, variant en fonction de la nature et du niveau du diplôme préparé).

Salarié de l’entreprise, l’apprenti a droit à 5 semaines de congés payés par an et perçoit une rémunération (de 25 à 78 % du Smic en fonction de l’âge de l’apprenti et d’éventuels accords). Il conserve toutefois le statut d’étudiant également et peut donc prétendre à divers tarifs préférentiels, logements étudiants, etc.

Le contrat d’apprentissage comprend deux mois de période d’essai et se termine avec la remise d’un certificat de travail (fourni par l’entreprise).

Le contrat de professionnalisation

Communément appelé « contrat pro », cette formule n’implique pas forcément la préparation d’un diplôme, contrairement au contrat d’apprentissage. Dans ce cas, une certification ou un enregistrement au RNCP des qualifications acquises peuvent clore le contrat. Il s’adresse lui aussi aux jeunes de 16 à 25 ans, mais également aux demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus. Généralement compris entre 6 et 12 mois, sa durée peut s’étendre jusqu’à 24 mois dans certains cas.

Concernant le rythme d’alternance, 15 à 25 % du temps sera consacré à la formation, le reste au travail en entreprise. 5 semaines de congés payés et une rémunération comprise entre 55 et 100 % du Smic (en fonction du niveau et de l’âge) sont également dues.

Le stage alterné

La troisième alternative reste le stage conventionné à temps partiel. Certains cursus offrent cette possibilité sur une année scolaire complète, d’autres ne le prévoient pas mais le faible nombre d’heures de cours hebdomadaires permet parfois à l’étudiant de consacrer une partie de ce temps libre à la réalisation d’un stage en entreprise. Dans ce cas, on parlera de stage « hors cursus ». Celui-ci ne pourra en revanche excéder 6 mois par an.

L’étudiant a alors le statut de stagiaire et percevra une gratification à hauteur de 30 % du Smic pour un stage de 2 mois minimum. Pour une durée inférieure, cette gratification n’est pas obligatoire et demeure à l’appréciation de l’entreprise d’accueil.

Quel diplôme préparer en alternance ?

Du CAP au Master, en passant par le BTS ou la licence, tous les diplômes d’Etat peuvent se préparer en alternance. Malgré tout, tous les centres de formations ne proposent pas cette formule à leurs étudiants. Ainsi, si l’alternance est pour vous primordiale, renseignez-vous bien avant de jeter votre dévolu sur une formation plutôt qu’une autre.

L’alternance, ses + et ses –

Formule a priori idéale sur le papier, l’alternance est loin de convenir à toutes les personnalités. Alors, avant de vous lancer, prenez le temps de peser le pour et le contre.

L’alternance est idéale parce que :

-          Vous vous construisez une solide expérience à mettre en avant sur votre CV et à défendre lors de futurs entretiens de recrutement ;

-          Vous gagnez de l’argent et êtes donc financièrement indépendant ;

-          Vous développez des contacts pros et constituez peu à peu votre réseau ;

-          Vous gagnez en maturité et connaissez la réalité du monde du travail ;

-          Habitué au travail en entreprise, vous êtes vite opérationnel.

L’alternance est difficile parce que :

-          Vous êtes confronté à un rythme de travail très élevé ;

-          Vous devrez faire preuve d’une grande organisation pour combiner travail et études ;

-          Le rythme très soutenu peut vous amener à faire passer vos études au second plan et donc à négliger vos examens.

L’alternance est donc une formule très intéressante, pour peu que l’on soit suffisamment mature et déterminé. Elle implique certes un rythme effréné, mais est à l’heure actuelle un critère de poids sur un CV. En effet, à cursus égaux, un employeur optera à coup sûr pour le jeune le plus expérimenté de la pile. Alors, prenez le temps de réfléchir et si vous vous sentez prêt à relever le défi, lancez-vous !