Une Licence Biologie après un Bac S

Guid'Formation | 22.06.2016 à 14h15 Mis à jour le 22.06.2016 à 14h28
image

Vous avez toujours souhaité devenir biologiste ? La science est une véritable passion pour vous ? La Licence Biologie vise à vous faire devenir, à terme, un vrai spécialiste du domaine. Elle se déroule en trois ans au sein d’une université. La priorité est donnée aux étudiants venant d’un Bac S, alors profitez-en !

La particularité de ce parcours réside dans sa spécialisation progressive qui vous mènera, tout au long de vos études, à aborder de nombreux champs d’enseignement. Cela vous donnera une connaissance et une expérience des nombreuses composantes de la vie d’un biologiste. Ce cursus vous oriente vers de nombreuses possibilités. L’enseignement sera une solution pour vous. Mais attention à ne pas oublier les biotechnologies, le génie médical, l’agroalimentaire ou encore l’environnement.

Vous êtes prêts ? Alors c’est parti !

Un parcours aux débuts pluridisciplinaires

Il ne faut pas s’attendre à rentrer dans de la biologie « pure » dès le début de la première année. En effet, de 1 à 4 semestres vont être dédiés à l’enseignement de nombreuses autres disciplines afin que l’étudiant puisse se tester sur d’autres matières telles que la chimie, les géosciences ou bien les sciences de la terre par exemple. Ces enseignements se font dans la continuité de ce qu’on peut apprendre au lycée en première et terminale scientifique.

Ce tronc commun est fondamental pour les étudiants arrivant en licence biologie. Il permet à chacun de rentrer dans son parcours post-bac avec toutes les cartes en mains pour réussir. L’étudiant se verra donc proposer un emploi du temps comportant des mathématiques, de l’informatique et de la chimie.

Mais on étudie quand même la biologie dans une licence de biologie ? Bien sûr que oui. Elle est présente dans le programme via des sous-disciplines. Étant une matière extrêmement large, on ne peut l’étudier efficacement dans son ensemble. Les enseignements seront plus ou moins centrées sur l’homme par exemple ou bien les organismes vivants (animaux, végétaux, levures…). On trouvera donc des matières telles que : biologie animale et végétale, biologie humaine et génétique, biologie cellulaire et moléculaire, immunologie…

Une organisation spécifique du travail : place à la pratique !

Si de nombreux parcours universitaires se composent majoritairement de cours magistraux (en amphi), ce n’est pas le cas de la licence biologie. Ces cours sont toujours présents mais ils sont complétés par ce qu’on appelle des TP (travaux pratiques). Composant environ 1/3 de la formation, ils sont très importants pour les étudiants biologistes. En effet, ils vont pouvoir étudier en laboratoire et en petits groupes. Cela leur permettra d’effectuer des travaux pratiques comme des dissections ou bien des cultures in vitro.

Une spécialisation en 3ème année 

Après deux années relativement générales, les étudiants vont se spécialiser en troisième année. C’est un choix important qu’il convient de mûrir longuement puisque cela va conditionner la vie future du biologiste. Il faut donc adapter son projet professionnel à la spécialité choisie.

Parmi les programmes proposés on retrouve :
  • Biologie cellulaire et physiologie ; 
  • Biologie et environnement ;
  • Biologie générale et fondamentale ;
  • Biologie et biochimie ;
  • Biologie humaine et génétique ;
  • Biologie et agroalimentaire ;
  • Biologie des populations et des écosystèmes ;
  • Biotechnologies…

Une fois la licence en poche, cap sur le Master

Le parcours classique après cette licence ? La poursuite en master. L’étudiant va, le plus souvent, pousser sa spécialité de troisième année vers un Bac +5. Ainsi, par exemple, un étudiant ayant suivi le cursus « Biologie ou biochimie » va pouvoir prétendre à une place dans un « Master en biologie moléculaire et cellulaire ». Les plus courageux pousseront même jusqu’à un Bac +8 (doctorat) pour obtenir le titre d’enseignant chercheur.

Il est impossible de limiter les possibilités à la simple poursuite en master. Si une licence s’effectue en trois ans, un étudiant peut décider d’aller jusqu’à la fin de sa deuxième année pour ensuite basculer vers une licence professionnelle. Le but ? Devenir technicien biologiste dans les domaines du laboratoire de recherche ou de l’industrie pharmaceutique.

La voie de l’enseignement est également envisageable grâce à l’inscription en master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et la formation). Ce dernier prépare aux concours de professorat comme le CAPES. Une voie toute tracée pour ceux souhaitant devenir professeur de « Sciences de la vie et la Terre ».

Enfin, certaines écoles d’ingénieurs comportant des mentions biologie ou agronomie sont disponibles via des concours commun. C’est le cas de l’École de Biologie Industrielle (EBI) ou l’École Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg (ESBS).