Une Licence Langues Etrangères Appliquées – LEA après un Bac S

Guid'Formation | 22.06.2016 à 11h00 Mis à jour le 27.07.2016 à 12h41
image

Une Licence Langues Etrangères Appliquées – LEA après un Bac S
 
Avec des effectifs composés à 80% d’élèves issus des filières économiques (ES) et littéraires (L), la Licence Langues Etrangères Appliquées (ou Licence LEA pour les intimes) n’est pas celle principalement destinée aux bacheliers scientifiques. Cependant, ne vous y trompez pas,  les « Bac S », comme partout, y sont très bien acceptés et y réussissent bien.

Faire le choix d’un cursus LEA suppose que l’on soit bien informé sur son contenu. En effet, bien que la Licence LEA soit proposée par les UFR « Lettres et Langues » des universités, il ne s’agit pas d’une formation littéraire mais bien d’un programme à finalité professionnelle visant à intégrer ses étudiants, trilingues, en entreprise, à des postes internationaux.
 
Licence Langues Etrangères Appliquées : deux langues et de l’économie au programme
 
Résolument tournée vers l’international comme son nom l’indique, la Licence Langues Etrangères Appliquées propose, en 3 ans (6 semestres), à ses étudiants d’approfondir l’apprentissage assidu de deux langues. Aussi, le cursus s’adressera donc exclusivement à des étudiants à l’aise avec l’apprentissage et des langues. Notez, certaines universités recommandent très fortement de justifier d’une moyenne minimale de 12 dans l’ensemble des langues vivantes étudiées au lycée.

La première de ces langues sera dans une extrême majorité de cas, vous vous en doutez, l’anglais. Certains établissements imposent le choix de la langue de Shakespeare dans le cursus proposé. Concernant la seconde langue vivante dont vous souhaitez développer l’apprentissage, celle-ci varie en fonction des établissements d’accueil et il vous faudra mener votre enquête auparavant. On peut, cependant, noter que traditionnellement, les universités françaises délivrant une Licence LEA proposent l’arabe, l’espagnol, le chinois, le russe, l’italien, le portugais, l’allemand ou encore l’hébreu.

Aussi, deux tiers des enseignements seront consacrés au travail de vos deux langues vivantes à travers des cours classiques et des cours de civilisation (histoire, économie des pays étudiés…). Le reste de la formation sera consacrée à l’application économique de ces langues et à contextualiser son utilisation dans des matières aussi variées que le droit, l’informatique, le marketing et le management, la comptabilité, la logistique, le tourisme…

Cette partie du cursus orienté vers le monde de l’entreprise répond à la finalité professionnelle qui fait l’essence de la Licence LEA et qui vise à intégrer ses étudiants aux différents postes de cadre en entreprise à portée internationale.

Si les deux premières années de la licence seront généralistes, la troisième année permettra à l’élève de se spécialiser à travers le choix d’un parcours. Là aussi, ces spécialisations varient d’une université à l’autre et il est important pour votre projet d’identifier au plus tôt les facultés proposant un contenu de programme coïncidant avec votre projet. Certains « Parcours » vous spécialiseront dans le domaine du tourisme, du commerce international, de la traduction et de l’interprétariat, de la gestion interculturelle…
 
Après la Licence LEA ? De nombreux masters possibles

Les départements « Langues Etrangères Appliquées » des universités proposent, selon les établissements, une gamme de masters assez variés aux contenus bien distincts, adaptés aux différents projets professionnels de leurs étudiants. Il appartiendra à l’élève de murir sa réflexion au plus vite afin d’orienter son projet vers une formation cohérente et en adéquation avec ses aspirations.

Les élèves issus de Bac S semblent, à priori, moins destinés à poursuivre dans la voie de la traduction et de l’interprétariat mais plutôt dans les filières liées au commerce et au management international, et ce dans de multiples secteurs.

Marketing international du vin, négociation internationale et interculturelle, gestion interculturelle des ressources humaines, commerce international ou encore  tourisme sont autant d’exemples de spécialisations que pourra approfondir l’étudiant. Il sera également possible après l’obtention du diplôme de préparer les concours d’accès aux grandes écoles de commerce et de management par le biais des admissions parallèles, ou d’intégrer un « master of science », formation très internationale proposée également par les écoles de management.

Un diplôme de Master LEA amènera son titulaire à de nombreuses carrières dans des entreprises ou des administrations dont le cœur d’activité est en rapport avec l’international. Notez que les étudiants issus de cette filière accusent de bons taux d’insertion professionnelle et profitent de belles opportunités d’évolution : beaucoup d’anciens « LEA » sont cadres (responsable de secteur, responsable des ressources humaines, chargé de développement international) quelques années après l’obtention de leur premier emploi.